Une histoire de lynx

Il y a très longtemps de cela, ma mère nous avait conduit, mon frère, ma sœur et moi, voir un film racontant une histoire de lynx qui se passait quelque part en Russie. J’avais gardé un souvenir flou de ce film qui a peut-être contribué à mon intérêt pour ce pays. Internet et You Tube m’ont permis de le retrouver. Il s’agissait du film d’Agassi Babaian, un réalisateur soviétique d’origine arménienne1 , intitulé Тропой бескорыстной любви (1971), soit, mot à mot, « sur le sentier de l’amour désintéressé ». En français, le film s’appelait Kounak, le lynx fidèle. Babaian, qui s’était apparemment spécialisé dans les films d’animaux pour enfants, en avait fait le premier d’une série de quatre films.

Voici le début. Un garde forestier trouve un petit lynx dont la mère vient d’être tuée. Il décide de l’adopter…

  1. Babaian a également réalisé en 1961, 14 ans avant Kurosawa, une première adaptation cinématographique du récit de Vladimir Arseniev, Dersou Ouzala. []
Ce contenu a été publié dans Cinéma, Écologie humaine, Russie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.