Ви розмовляєте українською мовою?

Pas le choix, il va bien falloir se procurer une méthode d'ukrainien pour aller voir à la source et mieux comprendre ce qui se passe en Ukraine.

Le russe est utile mais n'y suffit pas.

A propos de Pravyï Sektor par exemple. On peut entendre son leader Dmitriï Iaroch (Dmitro Iaroch), originaire de Dniprodzerjynsk, s'exprimant en ukrainien, dans la vidéo qui accompagne cet article de l'Украинская правда (en russe).

De nombreux liens accompagnent l'article Правый_сектор (wikipedia en russe). Un peu moins l'article Правий сектор (wikipedia en ukrainien).

Cette machine à traduire aide à comprendre ce qui se dit dans ce chat.

Suffisamment pour confirmer que Pravyï Sektor, que son leader présente comme un « mouvement révolutionnaire national » et non comme un parti politique, a joué un rôle important dans l'ossature « militaire » de Maïdan et donc dans la pression exercée par la Place sur le pouvoir (vendredi soir encore en refusant l'accord « de sortie de crise » signé avec Ianoukovitch par les autres leaders de l'opposition, Klitschko, Iatseniouk et Tiagnibok, et en annonçant qu'il ne déposerait pas les armes tant que Ianoukovitch n'aurait pas quitté le pouvoir). Suffisamment aussi pour confirmer que l'on a certes là un mouvement « pro-européen », mais dont la conception de l'Europe est bien différente de celle de l'Union européenne. L'une de ses priorités est la « renaissance spirituelle de la nation » (духовне відродження української нації/духовное возрождение украинской нации), une expression que l'on entend d'ailleurs couramment - et depuis longtemps1 - dans des mouvements similaires en Russie. Voici ce qu'il répond à une question au sujet des relations entre l'Ukraine et l'Union européenne :

"Правий сектор" виступав і виступає за підписання політичної асоціації з Євросоюзом. Але при цьому ми дуже обережно ставимося до членства в ЄС. Тому що насправді той брюссельський бюрократичний монстр, який існує, все робить для того, щоб нівелювати національну ідентичність, традиційну сім'ю, проводиться антихристиянська політика. Відповідно у нас є своє бачення цієї ситуації, і ми вважаємо, що Україна має бути суб'єктом, а не об'єктом геополітики. Треба побудувати міцну державу та будувати якісь геополітичні конструкції навколо України.

(Pravyï Sektor s'est prononcé et se prononce en faveur de la signature d'une association politique avec l'Union européenne. Mais en même temps nous sommes très prudents à l'égard d'une adhésion à l'UE. Parce que dans les faits ce monstre bureaucratique bruxellois fait tout pour niveler l'identité nationale, la famille traditionnelle, et mène une politique antichrétienne. Nous avons notre vision de cette situation et nous pensons que l'Ukraine doit être un sujet et non un objet de la géopolitique. Il faut bâtir un gouvernement fort et construire une structure géopolitique autour de l'Ukraine.)

Et plus loin :

Ми не виключаємо того, що нас битимуть з усіх сторін, бо поява такого революційного національного руху як "Правий сектор", мабуть, багатьох не влаштовує, не тільки в Україні (ми вже чули певні заяви і від Євросоюзу, і від Держдепу США, і Росія, звичайно ж, не задоволена існуванням "Правого сектору").

Nous n'excluons pas d'être attaqués de tous les côtés, parce que l'apparition d'un mouvement de révolution nationale tel que Pravyï Sektor, à l'évidence, ne convient pas à beaucoup, et pas seulement en Ukraine (nous avons déjà entendu des déclarations précises de la part de l'Union européenne, du département d'État des USA et la Russie, bien sûr, n'est pas satisfaite de l'existence de Pravyï Sektor).

Bref, il y a différentes façons d'être « pro-européen ».

Quel sera maintenant le rôle d'un tel mouvement dans la suite des événements ? L'histoire le dira. Mais voici ce que répondait D. Iaroch à ce sujet dans le chat déjà cité :

Я переконаний, що ті ж хлопці з "Правого сектору", які довели свою жертовність, мають бути представлені після революції у владній вертикалі.

(Je suis certain que les gars de Pravyï Sektor qui se sont sacrifiés devront être représentés après la révolution dans la verticale du pouvoir.)

Des manifestants devant le parlement de Kiev le 22 février. Source : AP/Darko Bandic via Le Monde.

PS du 23 février. La notion de « pro-européen » mérite donc plus ample examen. Il en va de même de la notion de « pro-russe » également chère aux paresseux. Voir ce billet d'Alexeï Navalny expliquant aux Russes « anti-Maïdan » que l'idée d'un parti « pro-russe » qui aurait été défait hier est un mythe : Ianoukovitch et ses amis étaient d'abord et avant tout des « pro-fric » (пробабловые).

[Complément - avril 2015] Le 6 avril 2015, le journal Le Monde annonce que «le leader ultranationaliste Dmytro Iaroch [est] nommé au ministère de la défense» où il «aura pour mission d'encadrer les groupes de bataillons volontaires qui combattent aux côtés de l'armée ukrainienne dans l'Est séparatiste». Pravyï Sektor est de facto intégré à l'armée ukrainienne.

  1. C'était aussi l'un des thèmes favoris des écrivains « ruralistes » comme Valentin Raspoutine. []
Ce contenu a été publié dans Linguistique, Sociologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.