Quelques notes rapides autour de Stalker (1)

Avec l’omniprésence de l’eau, filmée sous toutes ses formes, avec ses acteurs aux regards frénétiques, avec une musique électronique spécialement écrite en 2010 par Franz Reisecker, Selon la loi (По закону) de Lev Koulechov (1926) est, de mon point de vue, l’un des films les plus fascinants que l’on puisse voir. Contrairement à d’autres films soviétiques des années 1920 qui étaient des œuvres de propagande et qui sont donc très datés, celui-ci a quelque chose d’intemporel. Vladimir Fogel, que l’on voit dans de nombreux autres films de cette époque, y tient un de ses meilleurs rôles.

Bien que l’histoire, une adaptation d’une nouvelle de Jack London, The Unexpected, et les réalisateurs soient très différents, on pense tout le temps à Stalker : l’omniprésence de l’eau, toujours. Mais cette histoire qui se passe dans une cabane au milieu de l’eau, menacée d’engloutissement, fait aussi penser à deux films plus récents: La Terre Éphémère (2014) de George Ovashvili et Les Rivières profondes (Глубокие реки, 2018) de Vladimir Bitokov (un élève d’Alexandre Sokourov).

Il y aurait toute une analyse à faire – elle a déjà été partiellement faite – de la place de la nature et des éléments dans les films russes ou d’ex-pays de l’URSS depuis le cinéma muet des années 1920 jusqu’à aujourd’hui. Il me semble qu’il y a là une tradition et une attention tout à fait différentes de celles que l’on trouve dans d’autres traditions cinématographiques.

Et puisque ce billet tourne autour de Stalker, on peut noter la référence au film de Tarkovski à la fin du quatrième épisode (saison 1) de la web-série Ce qui n’existe pas, qui a été diffusée en 2016 sur les télévisions locales TVR et Tébéo et que l’on peut retrouver sur YouTube :

12 … вот, произошло великое землетрясение, и солнце стало мрачно как власяница, и луна сделалась как кровь.

13 И звезды небесные пали на землю, как смоковница, потрясаемая сильным ветром, роняет незрелые смоквы свои.

14 И небо скрылось, свившись как свиток; и всякая гора и остров двинулись с мест своих.

15 И цари земные, и вельможи, и богатые, и тысяченачальники, и сильные, и всякий раб, и всякий свободный скрылись в пещеры и в ущелья гор, 16и говорят горам и камням: падите на нас…

(Apocalypse, 6,12-15)

Ce contenu a été publié dans Cinéma, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.