… et l’écologie des villes

Des cartes intéressantes pour l’analyse du vote dans l’Ouest ici.

On y voit bien la Vendée villiériste, le Trégor et le Poher très à gauche et les villes devenues vertes.

Ajout du 13/06 : il y a d’autres cartes sur le même site, pour les présidentielles de 2007, le référendum de 2005 et les présidentielles de 2002.

Ce n’est pas un grande découverte, mais on voit bien certaines constantes, derrière des « coefficients de marée » (si je peux me permettre un métaphore naturaliste) différents : le Trégor et le Poher très marqués à gauche (vote R. Hue en 2002, M.-G. Buffet et O. Besancenot en 2007), les villes vertes (Voynet 2007 — moins net du fait d’une marée écologiste de morte-eau cette année-là — et Mamère 2002), les aires « Front National » au nord de Vannes, dans l’Orne, mais aussi dans la presqu’île de Crozon (plus marquées en période de fort coefficient de marée frontiste comme en 2002)…

Ce contenu a été publié dans Sciences humaines, Sociologie, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à … et l’écologie des villes

  1. le passant dit :

    Effectivement. C’est assez frappant, au niveau des couronnes autour de chaque agglomération qui font apparaitre un vote écolo relativement (le « foncé » ne veut pas dire la même chose pour chaque carte) important. J’ai l’impression que si on fait un mixte des cartes de la « gauche de la gauche » (fg, npa, lo ) et d’europe écologie, on trouve presque le négatif de la carte de l’ump. Alors que celle du PS fonctionne plus, il me semble par vaste zone géographique homogène.

Les commentaires sont fermés.